“Maria M.”

 

Gilbert Hernandez
Maria M.

Oblomov Edizioni
Traduzione di Carmen Covito

Pagine: 136 / Bianco e nero
Formato: 17×24 cm
Rilegatura: brossura
ISBN: 978-88-942427-5-1
Prezzo: € 18,00

Un irriverente e malizioso pamphlet dall’enfant terrible del fumetto americano. Una vertigine di azione degna di Quentin Tarantino.

Questa è la versione in stile B-movie della vita di Maria M., madre di Luba, e personaggio tra i più amati di Gilbert Hernandez.
Gilbert, creatore con il fratello Jaime della celebre serie Love & Rockets, racconta, con ritmo sincopato, bellezza, criminalità e innocenza in un affresco memorabile degli anni Cinquanta. Gorgo, Il fglio di un boss del narcotraffico, si innamora di Maria M. e veglia su di lei come fosse il suo angelo custode. Incurante del fatto che lei sia ufficialmente la donna di suo padre. Pericolo e corruzione (e ovviamente sesso) sono le linee guida di questa prima parte irresistibile.

Hernandez è considerato il Garcia Marquez del graphic novel. La saga di Palomar, il suo opus magnum, è una serie considerata tra le pietre miliari della letteratura del nostro tempo. Con i fratelli Jaime e Mario – “Los Bros Hernandez” – continua a pubblicare con successo una delle più sorprendenti, originali e intelligenti interpretazioni della comic art mai viste.

https://www.oblomovedizioni.com/libri-maria-m.php

 

Soyons le changement

Un mio racconto (“Tempo parziale”) è stato tradotto in francese e incluso in una nuova antologia della letteratura italiana contemporanea pubblicata a cura della professoressa Angela Biancofiore del dipartimento LLACS (Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds) dell’Université Paul-Valéry, Montpellier 3.
Per una singolare coincidenza, o forse non per coincidenza, lo stesso racconto è stato tradotto anche in inglese (dalla professoressa Adalgisa Giorgio dell’University of Bath) ed è attualmente in corso di stampa nel Journal of Romance Studies, la rivista dell’Istitute for Modern Languages Research dell’Università di Londra. Cosa che mi rende doppiamente felice.

http://www.univ-montp3.fr/llacs/une-anthologie-de-la-litterature-italienne-contemporaine/

Soyons le changement…
Nouvelles tendances dans la littérature italienne contemporaine
Une anthologie. Textes réunis par Romano Summa et Sondes Ben Abdallah

Traduit de l’italien par Manon Rentz, Romano Summa, Sondes Ben Abdallah.
Sous la direction d’Angela Biancofiore, Professeur en Etudes italiennes, Université Paul-Valéry Montpellier.

ISBN 9782954843919
Editions Levant & Euromédia, Montpellier, avril 2016, 214 pages
Commander par mail : euromedia.revuenotos@gmail.com

Soyons le changement… que nous voulons dans le monde (Gandhi)

couverture-livre-Soyons-le-changement...

Cet ouvrage s’adresse au public français et francophone afin d’illustrer les nouvelles tendances de la littérature italienne d’aujourd’hui à travers le travail de sélection et de traduction de textes inédits réalisé par deux doctorants de l’équipe LLACS et une étudiante du Master Traduction du Département d’Italien de l’université Paul-Valéry de Montpellier.
L’ouvrage a été présenté dans le cadre de la 31e édition de la Comédie du Livre de Montpellier, qui était dédiée en particulier à la littérature italienne.
Les auteurs italiens contemporains font l’expérience de nouveaux parcours de création qui les amènent à réinterpréter le monde et ses mutations à travers l’écriture.
Ils relèvent ce défi : écrire à l’ère de la mondialisation, dans une époque marquée par la crise économique et la précarité, écrire, malgré tout, pour ré-enchanter le monde.
Par ailleurs, l’Italie, par sa position géopolitique, est devenue la terre d’arrivée des migrants, premières victimes des conflits en Méditerranée : les écrivains entendent être là, afin de contribuer, d’une certaine manière, à la construction d’une société interculturelle, et à la création du dialogue social. Le dialogue avec les jeunes générations reste un axe central de réflexion pour les auteurs: Bajani, Lodoli et Murgia s’intéressent particulièrement à l’école du futur, essaient d’imaginer d’autres manières d’éduquer, de dialoguer, de transmettre à l’époque de l’humain hybridé et des réseaux sociaux.
Les auteurs se posent une autre question essentielle: quel monde allons-nous laisser aux jeunes générations ? Dans leurs récents ouvrages, Erri De Luca, Mauro Corona, Laura Pugno, Evelina Santangelo remettent en question le rôle dominant de l’humain dans l’écosystème et montrent une grande sensibilité face à la crise écologique.

Les auteurs : Erri De Luca, Laura Pugno, Carmen Covito, Marco Lodoli, Andrea Bajani, Dora Albanese, Michela Murgia, Cosimo Argentina, Dante Maffia, Anselmo Botte, Evelina Santangelo, Christiana De Caldas Brito, Laila Wadia, Mauro Corona, Edoardo Nesi, Federico Mello, Alessandro D’Avenia, Carmine Abate, Giacomo Annibaldis.

Table des matières
La littérature transforme la vie
par Angela Biancofiore
Note sur la traduction
par Manon Rentz
Introduction
par Romano Summa et Sondes Ben Abdallah

Cultures archaïques et mondialisation
Erri De Luca, Volcaniques
Erri De Luca, Les révoltes indéracinables
Evelina Santangelo, Sans terre
Dante Maffia, Milan n’existe pas
Carmine Abate, Un bouquet de roses
Edoardo Nesi, Histoire des gens de mon pays
Anselmo Botte, Bruits et obscurité
Michela Murgia, Le monde doit savoir
Michela Murgia, D’autres mères
Dora Albanese, La fin de l’été à Métaponte

Les écrivains et les jeunes: pour un dialogue possible
Andrea Bajani, L’école ne sert à rien
Andrea Bajani, Demain il n’y a pas d’école
Andrea Bajani, La vie n’est pas en ordre alphabétique
Federico Mello, L’Italie expliquée à mon grand-père
Marco Lodoli, Quel avenir pour la culture humaniste?
Alessandro D’Avenia, Des choses que personne ne sait

Littérature et écologie
Laura Pugno, Sirènes
Christiana De Caldas Brito, Deux feux
Carmen Covito, Temps partiel
Cosimo Argentina, La ruelle de l’acier
Laila Wadia, Amies pour la vie
Mauro Corona, La fin du monde tordu
Carmine Abate, Les mots ne coûtent rien
Giacomo Annibaldis, HLM avec vue sur la mer
Anselmo Botte, Très rouge